Autre

Spots de bière de 10 sessions

Spots de bière de 10 sessions



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les meilleurs endroits où aller et avaler avec abandon

De nombreuses brasseries et bars nord-américains offrent parfois des choix de bières à 4,5 % ou moins; trouver ceux qui s'y consacrent toute l'année est un plus grand défi. Voici 10 endroits préférés.

Brasserie amalgamée - Saint Louis

Le produit phare de ce micro du sud de Saint-Louis, situé dans les écuries historiques de l'ancienne brasserie Lemp, est une bière blonde savoureuse de style Zoigl à 4,4% ABV.

Syndicat des brasseurs, section locale 180 — Oakridge, Minerai.

Au milieu du paradis du vélo de montagne, cette brasserie d'inspiration britannique est spécialisée dans les bières en fût, dont plusieurs à moins de 4 %.

Le Diamant — Brooklyn, N.Y.

L'un des rares bars que nous avons trouvés avec des robinets et des bouteilles dédiés pour les bières à moins de 4,5%.

Brasserie Grand River — Cambridge, Ontario

Dédié aux bières à moins de 5% ABV, y compris la Galt Knife Old Style Lager à 4,4%.

Les poils du chien — Portland, Minerai.

Dans ce qui pourrait être un signe de l'apocolypse, cette brasserie célèbre pour ses vins d'orge a récemment commencé à sortir une série de bières Little Dog autour de 3,5% ABV.


Spots de bière en 10 sessions - Recettes


Je pense que la bière essaie trop d'être du vin. Il y a trop de battage médiatique autour des bières à forte teneur en alcool, chères, à libération limitée, vieillies en fûts avec des profils de saveur qui exigent de diviser une bouteille de 12 oz en trois façons. La bière est tout aussi capable que le vin d'exceller à ce jeu, mais là où la bière a traditionnellement dominé le vin, c'est la combinaison d'une grande saveur et d'une grande buvabilité. Je n'appelle pas pour toutes les bières de session, mais je pense qu'il y a beaucoup à dire pour une bière dont je peux boire une pinte pendant que je prépare le dîner sans brûler le pain perdu.

La seule façon d'obtenir un vin à faible teneur en alcool est de diluer le jus de raisin, mais les recettes de bière peuvent être ajustées pour compenser une teneur en alcool plus faible. Si vous voulez une IPA avec la moitié de la teneur en alcool standard, ce n'est pas aussi simple que de couper en deux chaque addition de malt et de houblon. j'ai brassé un

2% ABV Micro-IPA provenant des deuxièmes tirages d'une bière de blé houblonnée il y a quelques mois, et bien qu'elle ait le caractère aromatique de houblon que je voulais, elle manquait cruellement de malt. La réduction de la quantité de malt peut également entraîner un corps mince, et la douceur inférieure peut conduire à une saveur déséquilibrée. Quelques idées pour lutter contre ces pièges :

Stimuler le corps perçu :
1. Ajoutez plus de malt de cristal/dextrine, ce qui ajoutera de la douceur et de la sensation en bouche.
2. Ajoutez des grains non maltés (en particulier de l'avoine et du seigle) pour leurs bêta-glucanes, qui ajoutent du corps sans douceur, mais peuvent également contribuer au trouble.
3. Augmenter la température de repos de la saccharification, un bon choix pour éviter la douceur des malts cristallins.
4. Utiliser une souche de levure moins atténuante, les souches anglaises sont particulièrement bien adaptées.
5. Utilisez une souche qui produit une grande quantité de glycérine/glycérol, les souches de saison ont tendance à exceller dans ce domaine.
6. Une carbonatation plus faible, je trouve qu'une carbonatation élevée donne aux bières légères un goût de seltz (bien qu'une carbonatation plus élevée puisse aider les bières excessivement fines, comme la gueuze).

Rehausser la saveur du malt :
1. Utilisez un malt de base plus savoureux comme Maris Otter, Vienna, Munich ou du blé noir.
2. Augmenter le pourcentage de malts de spécialité, en particulier les malts grillés comme Victory, biscuit et mélanoïdine.
3. Éliminez les additifs comme le maïs/le sucre de table et le maïs qui diluent la saveur de malt.
4. Effectuez une purée sans barbotage pour augmenter la couleur/saveur et minimiser l'extraction des tanins.

Maintien de l'équilibre :
1. Pour une bière houblonnée, réduisez les IBU proportionnellement à l'extrait résiduel attendu (je pense que c'est une meilleure façon de penser l'équilibre que le ratio BU:GU classique).
2. Ne coupez pas autant les ajouts d'ébullition tardifs pour maintenir un arôme de houblon solide.
3. Pour les bières brunes, envisagez d'augmenter le pourcentage, mais faites tremper à froid vos grains torréfiés pour réduire la dureté.
4. Utilisez une levure plus expressive car la gravité plus faible se traduira par un profil de fermentation plus propre.
5. Tenez compte du fait de servir la bière plus fraîche que vous ne le feriez avec une bière forte (par exemple, utilisez une levure très floconneuse).

Ce ne sont certainement pas toutes les choses qui devraient être faites simultanément pour un lot de bière de session, mais c'est une bonne idée de choisir celles qui ont du sens pour le type de bière que vous brassez. Pour ce lot, j'ai remplacé la plupart des pâles américains fades que j'utilisais habituellement dans une IPA pour un malt de Vienne plus grillé. J'ai également opté pour une purée plus chaude et sans barbotage pour renforcer le corps et la saveur de malt. J'ai sélectionné une levure anglaise à faible atténuation pour remplacer la souche Chico par défaut, pour ajouter à la fois du corps et de la saveur supplémentaire.

Pour le saut, j'ai opté pour l'une de mes combinaisons préférées - Amarillo/Simcoe/Columbus (que j'ai utilisé pour la dernière fois dans ma recette IPA préférée). Je n'ai utilisé que des ajouts tardifs "d'éclatement de houblon" pour aider à augmenter l'arôme de houblon sans exagérer l'amertume. J'ai également essayé une nouvelle technique appelée "hop standing" qui signifie attendre 30 minutes ou plus après l'ajout du houblon avant de refroidir. Cette technique a été proposée par Ray Daniels, comme un moyen de mieux reproduire les ajouts de bain à remous utilisés par les brasseries, qui restent souvent dans le moût chaud pendant un temps considérable avant de se refroidir. Cela va à l'encontre du mantra homebrew (article de Jamil sur le saut tardif) de refroidir le plus rapidement possible après avoir ajouté la dernière dose d'espoir, donc pour couvrir toutes mes bases, j'ai ajouté une deuxième dose de houblon au démarrage du refroidisseur.

Détails de la recette
----------------
Taille du lot (gal) : 5,25
Grain total (lb) : 10,00
OG prévu : 1.038
SRM prévu : 5,6
IBU prévu : 37,5
Efficacité de la brasserie : 54 %
Temps d'ébullition du moût : 60 minutes

Grain
-------
72,5% - 7,25 livres Malt de Vienne allemand
22,5% - 2,25 lb Malt pâle américain
5,0 % - 0,50 lb CaraVienne

Houblon
-------
0,50 onces Simcoe (granulés, 11,00 % AA) à 15 min.
0,25 once Columbus (Pellet, 11,00 % AA) @ 15 min.
0,75 once Amarillo (Pellet, 10,00 % AA) @ 10 min.
0,75 once Pellet Simcoe (Pellet, 11,00 % AA) @ 5 min.
1,50 once Amarillo (Pellet, 10,00 % AA) @ 0 min.
1,50 once Columbus (Pellet, 11,00 % AA) @ 0 min.
1,50 once Simcoe (Pellet, 11,00 % AA) @ 0 min.
1,25 once Amarillo (Entier, 11,00 % AA) @ Dry Hop
1,25 once Columbus (entier, 11,00 % AA) @ Dry Hop
1,25 once Simcoe (entier, 14,00 % AA) @ houblon sec

Suppléments
--------
0,50 Unité Whirlfloc @ 12 min.
0,40 cuillère à café de levure nutritive à 12 min.

Levure
------
White Labs WLP037 Yorkshire Square Ale

Profil de l'eau
----------------
Profil : Washington DC coupé à 50 % avec distillé, plus 2 g de CaCl et 1 g de gypse

Programme de purée
-------------
Sacch Repos 40 min @ 153

Remarques
-----
1/10/12 Démarreur fait avec 0,75 L, première utilisation de la plaque d'agitation.

Coupez avec 50 % de gallons d'eau distillée pour réduire le carbonate. J'ai ajouté 2 g de CaCl à la purée car j'étais à court de gypse.

Pas de Sparge, rempli le bac à purée de 5 gallons à ras bord. Vous avez collecté 3,5 gallons de premières courses à 1,060. Dilué avec 3,25 gallons d'eau du robinet diluée DC et 1 g de gypse.

Ajouter 1 oz de chaque houblon et laisser reposer pendant 25 minutes, puis réfrigérer avec l'ajout de 0,5 oz supplémentaire de chacun.

Réfrigéré à 68 F, tendu et lancé le démarreur légèrement décanté (fini rapidement et floqué dur). Laissé à 64 F ambiant pour fermenter

Bonne fermentation à 12 heures. Donne des torsions périodiques pour aider avec la levure à haute floculation.

1/20/12 Soutiré dans un fût double purgé avec le houblon sec ensaché. Remplissage assez complet sur le fût. Frapper avec

30 PSI et secoué deux fois pour obtenir un saut sur la carbonatation. Laissé au sous-sol à

45 F pour sécher le houblon et laisser tomber. Jusqu'à 1,010, le goût était un peu plus amer que ce à quoi je m'attendais, mais le froid et le temps devraient aider.

16/02/12 Je ne pourrais pas être plus heureux de la façon dont celui-ci s'est avéré. Équilibre similaire à une IPA de la côte ouest, mais à la moitié de l'alcool.


Spots de bière en 10 sessions - Recettes


Je pense que la bière essaie trop d'être du vin. Il y a trop de battage médiatique autour des bières à forte teneur en alcool, chères, à libération limitée, vieillies en fûts avec des profils de saveur qui exigent de diviser une bouteille de 12 oz de trois manières. La bière est tout aussi capable que le vin d'exceller à ce jeu, mais là où la bière a traditionnellement dominé le vin, c'est la combinaison d'une grande saveur et d'une grande buvabilité. Je n'appelle pas pour toutes les bières de session, mais je pense qu'il y a beaucoup à dire pour une bière dont je peux boire une pinte pendant que je prépare le dîner sans brûler le pain perdu.

La seule façon d'obtenir un vin à faible teneur en alcool est de diluer le jus de raisin, mais les recettes de bière peuvent être ajustées pour compenser une teneur en alcool plus faible. Si vous voulez une IPA avec la moitié de la teneur en alcool standard, ce n'est pas aussi simple que de couper en deux chaque addition de malt et de houblon. j'ai brassé un

2% d'ABV Micro-IPA provenant des seconds tirages d'une bière de blé houblonnée il y a quelques mois, et bien qu'elle ait le caractère aromatique de houblon que je voulais, elle manquait cruellement de malt. La réduction de la quantité de malt peut également entraîner un corps mince, et la douceur inférieure peut conduire à une saveur déséquilibrée. Quelques idées pour lutter contre ces pièges :

Stimuler le corps perçu :
1. Ajoutez plus de malt de cristal/dextrine, ce qui ajoutera de la douceur et de la sensation en bouche.
2. Ajoutez des grains non maltés (en particulier de l'avoine et du seigle) pour leurs bêta-glucanes, qui ajoutent du corps sans douceur, mais peuvent également contribuer au trouble.
3. Augmenter la température de repos de la saccharification, un bon choix pour éviter la douceur des malts cristallins.
4. Utiliser une souche de levure moins atténuante, les souches anglaises sont particulièrement bien adaptées.
5. Utilisez une souche qui produit une grande quantité de glycérine/glycérol, les souches de saison ont tendance à exceller dans ce domaine.
6. Une carbonatation plus faible, je trouve qu'une carbonatation élevée donne aux bières légères un goût de seltz (bien qu'une carbonatation plus élevée puisse aider les bières trop fines, comme la gueuze).

Rehausser la saveur du malt :
1. Utilisez un malt de base plus savoureux comme Maris Otter, Vienna, Munich ou du blé noir.
2. Augmenter le pourcentage de malts de spécialité, en particulier les malts grillés comme Victory, biscuit et mélanoïdine.
3. Éliminez les additifs comme le maïs/le sucre de table et le maïs qui diluent la saveur de malt.
4. Effectuez une purée sans barbotage pour augmenter la couleur/saveur et minimiser l'extraction des tanins.

Maintien de l'équilibre :
1. Pour une bière houblonnée, réduisez les IBU proportionnellement à l'extrait résiduel attendu (je pense que c'est une meilleure façon de penser l'équilibre que le ratio BU:GU classique).
2. Ne coupez pas autant les ajouts d'ébullition tardifs pour maintenir un arôme de houblon solide.
3. Pour les bières brunes, envisagez d'augmenter le pourcentage, mais faites tremper à froid vos grains torréfiés pour réduire la dureté.
4. Utilisez une levure plus expressive car la gravité plus faible se traduira par un profil de fermentation plus propre.
5. Tenez compte du fait de servir la bière plus fraîche que vous ne le feriez avec une bière forte (par exemple, utilisez une levure hautement floculante).

Ce ne sont certainement pas toutes les choses qui devraient être faites simultanément pour un lot de bière de session, mais c'est une bonne idée de choisir celles qui ont du sens pour le type de bière que vous brassez. Pour ce lot, j'ai remplacé la plupart des pâles américains fades que j'utiliserais habituellement dans une IPA pour un malt de Vienne plus grillé. J'ai également opté pour une purée plus chaude et sans barbotage pour renforcer le corps et la saveur de malt. J'ai sélectionné une levure anglaise à faible atténuation pour remplacer la souche Chico par défaut, pour ajouter à la fois du corps et de la saveur supplémentaire.

Pour le saut, j'ai opté pour l'une de mes combinaisons préférées - Amarillo/Simcoe/Columbus (que j'ai utilisé pour la dernière fois dans ma recette IPA préférée). Je n'ai utilisé que des ajouts tardifs "d'éclatement de houblon" pour aider à augmenter l'arôme de houblon sans exagérer l'amertume. J'ai également essayé une nouvelle technique appelée "hop standing" qui signifie attendre 30 minutes ou plus après l'ajout du houblon avant de refroidir. Cette technique a été proposée par Ray Daniels, comme un moyen de mieux reproduire les ajouts de bain à remous utilisés par les brasseries, qui restent souvent dans le moût chaud pendant un temps considérable avant de se refroidir. Cela va à l'encontre du mantra homebrew (article de Jamil sur le saut tardif) de refroidir le plus rapidement possible après avoir ajouté la dernière dose d'espoir, donc pour couvrir toutes mes bases, j'ai ajouté une deuxième dose de houblon au démarrage du refroidisseur.

Détails de la recette
----------------
Taille du lot (gal) : 5,25
Grain total (lb) : 10,00
OG prévu : 1.038
SRM prévu : 5,6
IBU prévu : 37,5
Efficacité de la brasserie : 54 %
Temps d'ébullition du moût : 60 minutes

Grain
-------
72,5% - 7,25 livres Malt de Vienne allemand
22,5% - 2,25 lb Malt pâle américain
5,0% - 0,50 lb CaraVienne

Houblon
-------
0,50 onces Simcoe (granulés, 11,00 % AA) à 15 min.
0,25 once Columbus (Pellet, 11,00 % AA) @ 15 min.
0,75 once Amarillo (Pellet, 10,00 % AA) @ 10 min.
0,75 once Pellet Simcoe (Pellet, 11,00 % AA) @ 5 min.
1,50 once Amarillo (Pellet, 10,00 % AA) @ 0 min.
1,50 once Columbus (Pellet, 11,00 % AA) @ 0 min.
1,50 once Simcoe (granulés, 11,00 % AA) à 0 min.
1,25 once Amarillo (Entier, 11,00 % AA) @ Dry Hop
1,25 once Columbus (entier, 11,00 % AA) @ Dry Hop
1,25 once Simcoe (entier, 14,00 % AA) @ houblon sec

Suppléments
--------
0,50 Unité Whirlfloc @ 12 min.
0,40 cuillère à café de levure nutritive à 12 min.

Levure
------
White Labs WLP037 Yorkshire Square Ale

Profil de l'eau
----------------
Profil : Washington DC coupé à 50 % avec distillé, plus 2 g de CaCl et 1 g de gypse

Programme de purée
-------------
Sacch Repos 40 min @ 153

Remarques
-----
1/10/12 Démarreur fait avec 0,75 L, première utilisation de la plaque d'agitation.

Coupez avec 50 % de gallons d'eau distillée pour réduire le carbonate. J'ai ajouté 2 g de CaCl à la purée car j'étais à court de gypse.

Pas de barbotage, rempli le bac à purée de 5 gallons à ras bord. Vous avez collecté 3,5 gallons de premières courses à 1,060. Dilué avec 3,25 gallons d'eau du robinet diluée DC et 1 g de gypse.

Ajouter 1 oz de chaque houblon et laisser reposer pendant 25 minutes, puis réfrigérer avec l'ajout de 0,5 oz supplémentaire de chacun.

Réfrigéré à 68 F, tendu et lancé le démarreur légèrement décanté (fini rapidement et floqué dur). Laissé à 64 F ambiant pour fermenter

Bonne fermentation à 12 heures. Donne des torsions périodiques pour aider avec la levure à haute floculation.

1/20/12 Soutiré dans un fût double purgé avec le houblon sec ensaché. Remplissage assez complet sur le fût. Frapper avec

30 PSI et secoué deux fois pour obtenir un saut sur la carbonatation. Laissé au sous-sol à

45 F pour sécher le houblon et laisser tomber. Jusqu'à 1,010, le goût était un peu plus amer que ce à quoi je m'attendais, mais le froid et le temps devraient aider.

16/02/12 Je ne pourrais pas être plus heureux de la façon dont celui-ci s'est avéré. Équilibre similaire à une IPA de la côte ouest, mais à la moitié de l'alcool.


Spots de bière en 10 sessions - Recettes


Je pense que la bière essaie trop d'être du vin. Il y a trop de battage médiatique autour des bières à forte teneur en alcool, chères, à libération limitée, vieillies en fûts avec des profils de saveur qui exigent de diviser une bouteille de 12 oz de trois manières. La bière est tout aussi capable que le vin d'exceller à ce jeu, mais là où la bière a traditionnellement dominé le vin, c'est la combinaison d'une grande saveur et d'une grande buvabilité. Je n'appelle pas pour toutes les bières de session, mais je pense qu'il y a beaucoup à dire pour une bière dont je peux boire une pinte pendant que je prépare le dîner sans brûler le pain perdu.

La seule façon d'obtenir un vin à faible teneur en alcool est d'arroser le jus de raisin, mais les recettes de bière peuvent être ajustées pour compenser une teneur en alcool plus faible. Si vous voulez une IPA avec la moitié de la teneur en alcool standard, ce n'est pas aussi simple que de couper en deux chaque addition de malt et de houblon. j'ai brassé un

2% d'ABV Micro-IPA provenant des seconds tirages d'une bière de blé houblonnée il y a quelques mois, et bien qu'elle ait le caractère aromatique de houblon que je voulais, elle manquait cruellement de malt. La réduction de la quantité de malt peut également entraîner un corps mince, et la douceur inférieure peut conduire à une saveur déséquilibrée. Quelques idées pour lutter contre ces pièges :

Stimuler le corps perçu :
1. Ajoutez plus de malt de cristal/dextrine, ce qui ajoutera de la douceur et de la sensation en bouche.
2. Ajoutez des grains non maltés (en particulier de l'avoine et du seigle) pour leurs bêta-glucanes, qui ajoutent du corps sans douceur, mais peuvent également contribuer au trouble.
3. Augmenter la température de repos de la saccharification, un bon choix pour éviter la douceur des malts cristallins.
4. Utiliser une souche de levure moins atténuante, les souches anglaises sont particulièrement bien adaptées.
5. Utilisez une souche qui produit une grande quantité de glycérine/glycérol, les souches de saison ont tendance à exceller dans ce domaine.
6. Une carbonatation plus faible, je trouve qu'une carbonatation élevée donne aux bières légères un goût de seltz (bien qu'une carbonatation plus élevée puisse aider les bières excessivement fines, comme la gueuze).

Rehausser la saveur du malt :
1. Utilisez un malt de base plus savoureux comme Maris Otter, Vienna, Munich ou du blé noir.
2. Augmenter le pourcentage de malts de spécialité, en particulier les malts grillés comme Victory, biscuit et mélanoïdine.
3. Éliminez les additifs comme le maïs/le sucre de table et le maïs qui diluent la saveur de malt.
4. Effectuez une purée sans barbotage pour augmenter la couleur/saveur et minimiser l'extraction des tanins.

Maintien de l'équilibre :
1. Pour une bière houblonnée, réduisez les IBU proportionnellement à l'extrait résiduel attendu (je pense que c'est une meilleure façon de penser l'équilibre que le ratio BU:GU classique).
2. Ne coupez pas autant les ajouts d'ébullition tardifs pour maintenir un arôme de houblon solide.
3. Pour les bières brunes, envisagez d'augmenter le pourcentage, mais faites tremper à froid vos grains torréfiés pour réduire la dureté.
4. Utilisez une levure plus expressive car la gravité plus faible se traduira par un profil de fermentation plus propre.
5. Tenez compte du fait de servir la bière plus fraîche que vous ne le feriez avec une bière forte (par exemple, utilisez une levure très floconneuse).

Ce ne sont certainement pas toutes les choses qui devraient être faites simultanément pour un lot de bière de session, mais c'est une bonne idée de choisir celles qui ont du sens pour le type de bière que vous brassez. Pour ce lot, j'ai remplacé la plupart des pâles américains fades que j'utiliserais habituellement dans une IPA pour un malt de Vienne plus grillé. J'ai également opté pour une purée plus chaude et sans barbotage pour renforcer le corps et la saveur de malt. J'ai sélectionné une levure anglaise à faible atténuation pour remplacer la souche Chico par défaut, pour ajouter à la fois du corps et de la saveur supplémentaire.

Pour le saut, j'ai opté pour l'une de mes combinaisons préférées - Amarillo/Simcoe/Columbus (que j'ai utilisé pour la dernière fois dans ma recette IPA préférée). Je n'ai utilisé que des ajouts tardifs "d'éclatement de houblon" pour aider à augmenter l'arôme de houblon sans exagérer l'amertume. J'ai également essayé une nouvelle technique appelée "hop standing" qui signifie attendre 30 minutes ou plus après l'ajout du houblon avant de refroidir. Cette technique a été proposée par Ray Daniels, comme un moyen de mieux reproduire les ajouts de bain à remous utilisés par les brasseries, qui restent souvent dans le moût chaud pendant un temps considérable avant de se refroidir. Cela va à l'encontre du mantra homebrew (article de Jamil sur le saut tardif) de refroidir le plus rapidement possible après avoir ajouté la dernière dose d'espoir, donc pour couvrir toutes mes bases, j'ai ajouté une deuxième dose de houblon au démarrage du refroidisseur.

Détails de la recette
----------------
Taille du lot (gal) : 5,25
Grain total (lb) : 10,00
OG prévu : 1.038
SRM prévu : 5,6
IBU prévu : 37,5
Efficacité de la brasserie : 54 %
Temps d'ébullition du moût : 60 minutes

Grain
-------
72,5% - 7,25 livres Malt de Vienne allemand
22,5% - 2,25 lb Malt pâle américain
5,0 % - 0,50 lb CaraVienne

Houblon
-------
0,50 onces Simcoe (granulés, 11,00 % AA) à 15 min.
0,25 once Columbus (Pellet, 11,00 % AA) @ 15 min.
0,75 once Amarillo (Pellet, 10,00 % AA) @ 10 min.
0,75 once Pellet Simcoe (Pellet, 11,00 % AA) @ 5 min.
1,50 once Amarillo (Pellet, 10,00 % AA) @ 0 min.
1,50 once Columbus (Pellet, 11,00 % AA) @ 0 min.
1,50 once Simcoe (Pellet, 11,00 % AA) @ 0 min.
1,25 once Amarillo (Entier, 11,00 % AA) @ Dry Hop
1,25 once Columbus (entier, 11,00 % AA) @ Dry Hop
1,25 once Simcoe (entier, 14,00 % AA) @ houblon sec

Suppléments
--------
0,50 Unité Whirlfloc @ 12 min.
0,40 cuillère à café de levure nutritive à 12 min.

Levure
------
White Labs WLP037 Yorkshire Square Ale

Profil de l'eau
----------------
Profil : Washington DC coupé à 50 % avec distillé, plus 2 g de CaCl et 1 g de gypse

Programme de purée
-------------
Sacch Repos 40 min @ 153

Remarques
-----
1/10/12 Démarreur fait avec 0,75 L, première utilisation de la plaque d'agitation.

Coupez avec 50 % de gallons d'eau distillée pour réduire le carbonate. J'ai ajouté 2 g de CaCl à la purée car j'étais à court de gypse.

Pas de barbotage, rempli le bac à purée de 5 gallons à ras bord. Vous avez collecté 3,5 gallons de premières courses à 1,060. Dilué avec 3,25 gallons d'eau du robinet diluée DC et 1 g de gypse.

Ajouter 1 oz de chaque houblon et laisser reposer pendant 25 minutes, puis réfrigérer avec l'ajout de 0,5 oz supplémentaire de chacun.

Réfrigéré à 68 F, tendu et lancé le démarreur légèrement décanté (fini rapidement et floqué dur). Laissé à 64 F ambiant pour fermenter

Bonne fermentation à 12 heures. Donne des torsions périodiques pour aider avec la levure à haute floculation.

1/20/12 Soutiré dans un fût double purgé avec le houblon sec ensaché. Remplissage assez complet sur le fût. Frapper avec

30 PSI et secoué deux fois pour obtenir un saut sur la carbonatation. Laissé au sous-sol à

45 F pour sécher le houblon et laisser tomber. Jusqu'à 1,010, le goût était un peu plus amer que ce à quoi je m'attendais, mais le froid et le temps devraient aider.

16/02/12 Je ne pourrais pas être plus heureux de la façon dont celui-ci s'est avéré. Équilibre similaire à une IPA de la côte ouest, mais à la moitié de l'alcool.


Spots de bière en 10 sessions - Recettes


Je pense que la bière essaie trop d'être du vin. Il y a trop de battage médiatique autour des bières à forte teneur en alcool, chères, à libération limitée, vieillies en fûts avec des profils de saveur qui exigent de diviser une bouteille de 12 oz de trois manières. La bière est tout aussi capable que le vin d'exceller à ce jeu, mais là où la bière a traditionnellement dominé le vin, c'est la combinaison d'une grande saveur et d'une grande buvabilité. Je n'appelle pas pour toutes les bières de session, mais je pense qu'il y a beaucoup à dire pour une bière dont je peux boire une pinte pendant que je prépare le dîner sans brûler le pain perdu.

La seule façon d'obtenir un vin à faible teneur en alcool est de diluer le jus de raisin, mais les recettes de bière peuvent être ajustées pour compenser une teneur en alcool plus faible. Si vous voulez une IPA avec la moitié de la teneur en alcool standard, ce n'est pas aussi simple que de couper en deux chaque addition de malt et de houblon. j'ai brassé un

2% ABV Micro-IPA provenant des deuxièmes tirages d'une bière de blé houblonnée il y a quelques mois, et bien qu'elle ait le caractère aromatique de houblon que je voulais, elle manquait cruellement de malt. La réduction de la quantité de malt peut également entraîner un corps mince, et la douceur inférieure peut conduire à une saveur déséquilibrée. Quelques idées pour lutter contre ces pièges :

Stimuler le corps perçu :
1. Ajoutez plus de malt de cristal/dextrine, ce qui ajoutera de la douceur et de la sensation en bouche.
2. Ajoutez des grains non maltés (en particulier de l'avoine et du seigle) pour leurs bêta-glucanes, qui ajoutent du corps sans douceur, mais peuvent également contribuer au trouble.
3. Augmenter la température de repos de la saccharification, un bon choix pour éviter la douceur des malts cristallins.
4. Utiliser une souche de levure moins atténuante, les souches anglaises sont particulièrement bien adaptées.
5. Utilisez une souche qui produit une grande quantité de glycérine/glycérol, les souches de saison ont tendance à exceller dans ce domaine.
6. Une carbonatation plus faible, je trouve qu'une carbonatation élevée donne aux bières légères un goût de seltz (bien qu'une carbonatation plus élevée puisse aider les bières excessivement fines, comme la gueuze).

Rehausser la saveur du malt :
1. Utilisez un malt de base plus savoureux comme Maris Otter, Vienna, Munich ou du blé noir.
2. Augmenter le pourcentage de malts de spécialité, en particulier les malts grillés comme Victory, biscuit et mélanoïdine.
3. Éliminez les additifs comme le maïs/le sucre de table et le maïs qui diluent la saveur de malt.
4. Effectuez une purée sans barbotage pour augmenter la couleur/saveur et minimiser l'extraction des tanins.

Maintien de l'équilibre :
1. Pour une bière houblonnée, réduisez les IBU proportionnellement à l'extrait résiduel attendu (je pense que c'est une meilleure façon de penser l'équilibre que le ratio BU:GU classique).
2. Ne coupez pas autant les ajouts d'ébullition tardifs pour maintenir un arôme de houblon solide.
3. Pour les bières brunes, envisagez d'augmenter le pourcentage, mais faites tremper à froid vos grains torréfiés pour réduire la dureté.
4. Utilisez une levure plus expressive car la gravité plus faible se traduira par un profil de fermentation plus propre.
5. Tenez compte du fait de servir la bière plus fraîche que vous ne le feriez avec une bière forte (par exemple, utilisez une levure hautement floculante).

Ce ne sont certainement pas toutes les choses qui devraient être faites simultanément pour un lot de bière de session, mais c'est une bonne idée de choisir celles qui ont du sens pour le type de bière que vous brassez. Pour ce lot, j'ai remplacé la plupart des pâles américains fades que j'utilisais habituellement dans une IPA pour un malt de Vienne plus grillé. J'ai également opté pour une purée plus chaude et sans barbotage pour renforcer le corps et la saveur de malt. J'ai sélectionné une levure anglaise à faible atténuation pour remplacer la souche Chico par défaut, pour ajouter à la fois du corps et de la saveur supplémentaire.

Pour le saut, j'ai opté pour l'une de mes combinaisons préférées - Amarillo/Simcoe/Columbus (que j'ai utilisé pour la dernière fois dans ma recette IPA préférée). Je n'ai utilisé que des ajouts tardifs "d'éclatement de houblon" pour aider à augmenter l'arôme de houblon sans exagérer l'amertume. J'ai également essayé une nouvelle technique appelée "hop standing" qui signifie attendre 30 minutes ou plus après l'ajout du houblon avant de refroidir. Cette technique a été proposée par Ray Daniels, comme un moyen de mieux reproduire les ajouts de bain à remous utilisés par les brasseries, qui restent souvent dans le moût chaud pendant un temps considérable avant de se refroidir. Cela va à l'encontre du mantra homebrew (article de Jamil sur le saut tardif) de refroidir le plus rapidement possible après avoir ajouté la dernière dose d'espoir, donc pour couvrir toutes mes bases, j'ai ajouté une deuxième dose de houblon au démarrage du refroidisseur.

Détails de la recette
----------------
Taille du lot (gal) : 5,25
Grain total (lb) : 10,00
OG prévu : 1.038
SRM prévu : 5,6
IBU prévu : 37,5
Efficacité de la brasserie : 54 %
Temps d'ébullition du moût : 60 minutes

Grain
-------
72,5% - 7,25 livres Malt de Vienne allemand
22,5% - 2,25 lb Malt pâle américain
5,0% - 0,50 lb CaraVienne

Houblon
-------
0,50 onces Simcoe (granulés, 11,00 % AA) à 15 min.
0,25 once Columbus (Pellet, 11,00 % AA) @ 15 min.
0,75 once Amarillo (Pellet, 10,00 % AA) @ 10 min.
0,75 once Pellet Simcoe (Pellet, 11,00 % AA) @ 5 min.
1,50 once Amarillo (Pellet, 10,00 % AA) @ 0 min.
1,50 once Columbus (Pellet, 11,00 % AA) @ 0 min.
1,50 once Simcoe (Pellet, 11,00 % AA) @ 0 min.
1,25 once Amarillo (entier, 11,00 % AA) @ houblon sec
1,25 once Columbus (entier, 11,00 % AA) @ Dry Hop
1,25 once Simcoe (entier, 14,00 % AA) @ houblon sec

Suppléments
--------
0,50 Unité Whirlfloc @ 12 min.
0,40 cuillère à café de levure nutritive à 12 min.

Levure
------
White Labs WLP037 Yorkshire Square Ale

Profil de l'eau
----------------
Profil : Washington DC coupé à 50 % avec distillé, plus 2 g de CaCl et 1 g de gypse

Programme de purée
-------------
Sacch Repos 40 min @ 153

Remarques
-----
1/10/12 Démarreur fait avec 0,75 L, première utilisation de la plaque d'agitation.

Coupez avec 50 % de gallons d'eau distillée pour réduire le carbonate. J'ai ajouté 2 g de CaCl à la purée car j'étais à court de gypse.

Pas de Sparge, rempli le bac à purée de 5 gallons à ras bord. Vous avez collecté 3,5 gallons de premières courses à 1,060. Dilué avec 3,25 gallons d'eau du robinet diluée DC et 1 g de gypse.

Ajouter 1 oz de chaque houblon et laisser reposer pendant 25 minutes, puis réfrigérer avec l'ajout de 0,5 oz supplémentaire de chacun.

Réfrigéré à 68 F, tendu et lancé le démarreur légèrement décanté (fini rapidement et floqué dur). Laissé à 64 F ambiant pour fermenter

Bonne fermentation à 12 heures. Donne des torsions périodiques pour aider avec la levure à haute floculation.

1/20/12 Soutiré dans un fût double purgé avec le houblon sec ensaché. Remplissage assez complet sur le fût. Frapper avec

30 PSI et secoué deux fois pour obtenir un saut sur la carbonatation. Laissé au sous-sol à

45 F pour sécher le houblon et laisser tomber. Jusqu'à 1,010, le goût était un peu plus amer que ce à quoi je m'attendais, mais le froid et le temps devraient aider.

16/02/12 Je ne pourrais pas être plus heureux de la façon dont celui-ci s'est avéré. Équilibre similaire à une IPA de la côte ouest, mais à la moitié de l'alcool.


Spots de bière en 10 sessions - Recettes


Je pense que la bière essaie trop d'être du vin. Il y a trop de battage médiatique autour des bières à forte teneur en alcool, chères, à libération limitée, vieillies en fûts avec des profils de saveur qui exigent de diviser une bouteille de 12 oz de trois manières. La bière est tout aussi capable que le vin d'exceller à ce jeu, mais là où la bière a traditionnellement dominé le vin, c'est la combinaison d'une grande saveur et d'une grande buvabilité. Je n'appelle pas pour toutes les bières de session, mais je pense qu'il y a beaucoup à dire pour une bière dont je peux boire une pinte pendant que je prépare le dîner sans brûler le pain perdu.

La seule façon d'obtenir un vin à faible teneur en alcool est de diluer le jus de raisin, mais les recettes de bière peuvent être ajustées pour compenser une teneur en alcool plus faible. Si vous voulez une IPA avec la moitié de la teneur en alcool standard, ce n'est pas aussi simple que de couper en deux chaque addition de malt et de houblon. j'ai brassé un

2% d'ABV Micro-IPA provenant des seconds tirages d'une bière de blé houblonnée il y a quelques mois, et bien qu'elle ait le caractère aromatique de houblon que je voulais, elle manquait cruellement de malt. La réduction de la quantité de malt peut également entraîner un corps mince, et la douceur inférieure peut conduire à une saveur déséquilibrée. Quelques idées pour lutter contre ces pièges :

Stimuler le corps perçu :
1. Ajoutez plus de malt de cristal/dextrine, ce qui ajoutera de la douceur et de la sensation en bouche.
2. Ajoutez des grains non maltés (en particulier de l'avoine et du seigle) pour leurs bêta-glucanes, qui ajoutent du corps sans douceur, mais peuvent également contribuer au trouble.
3. Augmenter la température de repos de la saccharification, un bon choix pour éviter la douceur des malts cristallins.
4. Utiliser une souche de levure moins atténuante, les souches anglaises sont particulièrement bien adaptées.
5. Utilisez une souche qui produit une grande quantité de glycérine/glycérol, les souches de saison ont tendance à exceller dans ce domaine.
6. Une carbonatation plus faible, je trouve qu'une carbonatation élevée donne aux bières légères un goût de seltz (bien qu'une carbonatation plus élevée puisse aider les bières excessivement fines, comme la gueuze).

Rehausser la saveur du malt :
1. Utilisez un malt de base plus savoureux comme Maris Otter, Vienna, Munich ou du blé noir.
2. Augmenter le pourcentage de malts de spécialité, en particulier les malts grillés comme Victory, biscuit et mélanoïdine.
3. Éliminez les additifs comme le maïs/le sucre de table et le maïs qui diluent la saveur de malt.
4. Effectuez une purée sans barbotage pour augmenter la couleur/saveur et minimiser l'extraction des tanins.

Maintien de l'équilibre :
1. Pour une bière houblonnée, réduisez les IBU proportionnellement à l'extrait résiduel attendu (je pense que c'est une meilleure façon de penser l'équilibre que le ratio BU:GU classique).
2. Ne coupez pas autant les ajouts d'ébullition tardifs pour maintenir un arôme de houblon solide.
3. Pour les bières brunes, envisagez d'augmenter le pourcentage, mais faites tremper à froid vos grains torréfiés pour réduire la dureté.
4. Utilisez une levure plus expressive car la gravité plus faible se traduira par un profil de fermentation plus propre.
5. Tenez compte du fait de servir la bière plus fraîche que vous ne le feriez avec une bière forte (par exemple, utilisez une levure hautement floculante).

Ce ne sont certainement pas toutes les choses qui devraient être faites simultanément pour un lot de bière de session, mais c'est une bonne idée de choisir celles qui ont du sens pour le type de bière que vous brassez. Pour ce lot, j'ai remplacé la plupart des pâles américains fades que j'utiliserais habituellement dans une IPA pour un malt de Vienne plus grillé. J'ai également opté pour une purée plus chaude et sans barbotage pour renforcer le corps et la saveur de malt. J'ai sélectionné une levure anglaise à faible atténuation pour remplacer la souche Chico par défaut, pour ajouter à la fois du corps et de la saveur supplémentaire.

Pour le saut, j'ai opté pour l'une de mes combinaisons préférées - Amarillo/Simcoe/Columbus (que j'ai utilisé pour la dernière fois dans ma recette IPA préférée). Je n'ai utilisé que des ajouts tardifs "d'éclatement de houblon" pour aider à augmenter l'arôme de houblon sans exagérer l'amertume. J'ai également essayé une nouvelle technique appelée "hop standing" qui signifie attendre 30 minutes ou plus après l'ajout du houblon avant de refroidir. Cette technique a été proposée par Ray Daniels, comme un moyen de mieux reproduire les ajouts de bain à remous utilisés par les brasseries, qui restent souvent dans le moût chaud pendant un temps considérable avant de se refroidir. Cela va à l'encontre du mantra homebrew (article de Jamil sur le saut tardif) de refroidir le plus rapidement possible après avoir ajouté la dernière dose d'espoir, donc pour couvrir toutes mes bases, j'ai ajouté une deuxième dose de houblon au démarrage du refroidisseur.

Détails de la recette
----------------
Taille du lot (gal) : 5,25
Grain total (lb) : 10,00
Anticipated OG: 1.038
Anticipated SRM: 5.6
Anticipated IBU: 37.5
Brewhouse Efficiency: 54 %
Wort Boil Time: 60 Minutes

Grain
-------
72.5% - 7.25 lbs. German Vienna Malt
22.5% - 2.25 lbs. American Pale Malt
5.0% - 0.50 lbs. CaraVienna

Houblon
-------
0.50 oz. Simcoe (Pellet, 11.00% AA) @ 15 min.
0.25 oz. Columbus (Pellet, 11.00% AA) @ 15 min.
0.75 oz. Amarillo (Pellet, 10.00% AA) @ 10 min.
0.75 oz. Simcoe Pellet (Pellet, 11.00% AA) @ 5 min.
1.50 oz. Amarillo (Pellet, 10.00% AA) @ 0 min.
1.50 oz. Columbus (Pellet, 11.00% AA) @ 0 min.
1.50 oz. Simcoe (Pellet, 11.00% AA) @ 0 min.
1.25 oz. Amarillo (Whole, 11.00% AA) @ Dry Hop
1.25 oz. Columbus (Whole, 11.00% AA) @ Dry Hop
1.25 oz. Simcoe (Whole, 14.00% AA) @ Dry Hop

Extras
--------
0.50 Unit Whirlfloc @ 12 min.
0.40 Tsp Yeast Nutrient @ 12 min.

Levure
------
White Labs WLP037 Yorkshire Square Ale

Water Profile
----------------
Profile: Washington DC cut 50% with distilled, plus 2 g CaCl and 1 g gypsum

Mash Schedule
-------------
Sacch Rest 40 min @ 153

Remarques
-----
1/10/12 Starter made with .75 L, first time using the stir plate.

Cut with 50% gallons of distilled water to lower carbonate. Added 2 g of CaCl to the mash since I was short on gypsum.

No Sparge, filled up the 5 gallon mash tun to the brim. Collected 3.5 gallons of first runnings @ 1.060. Diluted with 3.25 gallons of the diluted DC Tap water and 1 g of gypsum.

Added 1 oz of each hop and let sit for 25 min, then chilled with the addition of an additional .5 oz of each.

Chilled to 68 F, strained, and pitched the slightly decanted starter (finished quickly and flocc'd hard). Left at 64 F ambient to ferment

Good fermentation by 12 hours. Gave periodic twists to help with the high flocculating yeast.

1/20/12 Racked to a double purged keg with the bagged dry hops. Pretty full fill on the keg. Hit with

30 PSI and shook twice to get a jump on the carbonation. Left in the basement at

45 F to dry hop and drop clear. Down to 1.010, tasted a bit more bitter than I expected, but cold and time should help that.

2/16/12 Couldn't be happier with the way this one turned out. Similar balance to a West Coast IPA, but at half the alcohol.


10 Session Beer Spots - Recipes


I think beer is trying too hard to be wine. There is too much hype surrounding high alcohol, expensive, limited release, barrel aged beers with flavor profiles that demand splitting a 12 oz bottle three ways. Of beer is every bit as capable as wine at excelling at that game, but where beer has traditionally dominated wine is the combination of big flavor and high drinkability. I'm not calling for all session ales, but I think there is a lot to be said for a beer that I can drink a pint of while I'm cooking dinner and not burn the French toast.

The only way to get a low alcohol wine is to water the grape juice down, but beer recipes can be adjusted to compensate for a more meager alcohol content. If you want an IPA with half of the standard alcohol content it is not as simple as cutting in half each malt and hop addition. I brewed a

2% ABV Micro-IPA from the second runnings of a hoppy wheat beer a few months ago, and while it had the aromatic hop character I wanted it was severely lacking in malt backbone. Reducing the amount of malt can also result in a thin body, and the lower sweetness can lead to an unbalanced flavor. A few ideas to combat those pitfalls:

Boosting Perceived Body:
1. Add more crystal/dextrin malt, which will add sweetness and mouthfeel.
2. Add unmalted grains (especially oats and rye) for their beta-glucans, which add body without sweetness, but can also contribute haze.
3. Raise the saccharification rest temperature, a good choice to avoid the sweetness of crystal malts.
4. Use a less attenuative yeast strain, English strains are especially well suited.
5. Use a strain that produce a high amount of glycerin/glycerol, saison strains tend to excel at this.
6. Lower carbonation, I find high carbonation makes light beers taste seltzer-like (although higher carbonation can help excessively thin beers, like gueuze).

Enhancing Malt Flavor:
1. Use a more flavorful base malt like Maris Otter, Vienna, Munich, or dark wheat.
2. Raise the percentage of specialty malts, especially toasty malts like Victory, biscuit, and melanoidin.
3. Eliminate adjuncts like corn/table sugar, and corn which dilute malt flavor.
4. Conduct a no-sparge mash to increase color/flavor, and minimize tannin extraction.

Maintaining Balance:
1. For a hoppy beer reduce the IBUs proportionally to the expected residual extract (I think this is a better way to think about balance than the classic BU:GU ratio).
2. Do not trim late boil additions as much to maintain a solid hop aroma.
3. For dark beers consider increasing the percentage, but cold steeping your roasted grains to reduce harshness.
4. Use a more expressive yeast because the lower gravity will result in a cleaner fermentation profile.
5. Account for serving the beer fresher than you would a strong beer (e.g., use a highly flocculent yeast).

These are certainly not all things that should be done concurrently for one batch of session beer, but it is a good idea to pick the ones that make sense for the type of beer you are brewing. For this batch I switched out most of the bland American pale I would usually use in an IPA for toastier Vienna malt. I also opted for a hotter mash and no-sparged to boost the body and malt flavor. I selected a low attenuating English yeast to replace the default Chico strain, to add both body and additional flavor.

For hopping I went with one of my favorite combinations - Amarillo/Simcoe/Columbus (which I last used in my favorite IPA recipe) I love the bit of extra dankness that Columbus adds to the otherwise fruity duo. I used only late "hop bursting" additions to help increase the hop aroma without overdoing the bitterness. I also tried a new technique called "hop standing" which means waiting for 30 minutes or longer after the flame-out hops are added before chilling. This technique was proposed by Ray Daniels, as a way to better replicate the whirlpool additions that breweries use, which often sits in the hot wort for a substantial amount of time before chilling. This goes against the homebrew mantra (Jamil's article on late hopping) to cool as quickly as possible after adding the final dose of hope, so to cover all of my bases I added a second dose of hops as I started the chiller.

Recipe Specifics
----------------
Batch Size (Gal): 5.25
Total Grain (Lbs): 10.00
Anticipated OG: 1.038
Anticipated SRM: 5.6
Anticipated IBU: 37.5
Brewhouse Efficiency: 54 %
Wort Boil Time: 60 Minutes

Grain
-------
72.5% - 7.25 lbs. German Vienna Malt
22.5% - 2.25 lbs. American Pale Malt
5.0% - 0.50 lbs. CaraVienna

Houblon
-------
0.50 oz. Simcoe (Pellet, 11.00% AA) @ 15 min.
0.25 oz. Columbus (Pellet, 11.00% AA) @ 15 min.
0.75 oz. Amarillo (Pellet, 10.00% AA) @ 10 min.
0.75 oz. Simcoe Pellet (Pellet, 11.00% AA) @ 5 min.
1.50 oz. Amarillo (Pellet, 10.00% AA) @ 0 min.
1.50 oz. Columbus (Pellet, 11.00% AA) @ 0 min.
1.50 oz. Simcoe (Pellet, 11.00% AA) @ 0 min.
1.25 oz. Amarillo (Whole, 11.00% AA) @ Dry Hop
1.25 oz. Columbus (Whole, 11.00% AA) @ Dry Hop
1.25 oz. Simcoe (Whole, 14.00% AA) @ Dry Hop

Extras
--------
0.50 Unit Whirlfloc @ 12 min.
0.40 Tsp Yeast Nutrient @ 12 min.

Levure
------
White Labs WLP037 Yorkshire Square Ale

Water Profile
----------------
Profile: Washington DC cut 50% with distilled, plus 2 g CaCl and 1 g gypsum

Mash Schedule
-------------
Sacch Rest 40 min @ 153

Remarques
-----
1/10/12 Starter made with .75 L, first time using the stir plate.

Cut with 50% gallons of distilled water to lower carbonate. Added 2 g of CaCl to the mash since I was short on gypsum.

No Sparge, filled up the 5 gallon mash tun to the brim. Collected 3.5 gallons of first runnings @ 1.060. Diluted with 3.25 gallons of the diluted DC Tap water and 1 g of gypsum.

Added 1 oz of each hop and let sit for 25 min, then chilled with the addition of an additional .5 oz of each.

Chilled to 68 F, strained, and pitched the slightly decanted starter (finished quickly and flocc'd hard). Left at 64 F ambient to ferment

Good fermentation by 12 hours. Gave periodic twists to help with the high flocculating yeast.

1/20/12 Racked to a double purged keg with the bagged dry hops. Pretty full fill on the keg. Hit with

30 PSI and shook twice to get a jump on the carbonation. Left in the basement at

45 F to dry hop and drop clear. Down to 1.010, tasted a bit more bitter than I expected, but cold and time should help that.

2/16/12 Couldn't be happier with the way this one turned out. Similar balance to a West Coast IPA, but at half the alcohol.


10 Session Beer Spots - Recipes


I think beer is trying too hard to be wine. There is too much hype surrounding high alcohol, expensive, limited release, barrel aged beers with flavor profiles that demand splitting a 12 oz bottle three ways. Of beer is every bit as capable as wine at excelling at that game, but where beer has traditionally dominated wine is the combination of big flavor and high drinkability. I'm not calling for all session ales, but I think there is a lot to be said for a beer that I can drink a pint of while I'm cooking dinner and not burn the French toast.

The only way to get a low alcohol wine is to water the grape juice down, but beer recipes can be adjusted to compensate for a more meager alcohol content. If you want an IPA with half of the standard alcohol content it is not as simple as cutting in half each malt and hop addition. I brewed a

2% ABV Micro-IPA from the second runnings of a hoppy wheat beer a few months ago, and while it had the aromatic hop character I wanted it was severely lacking in malt backbone. Reducing the amount of malt can also result in a thin body, and the lower sweetness can lead to an unbalanced flavor. A few ideas to combat those pitfalls:

Boosting Perceived Body:
1. Add more crystal/dextrin malt, which will add sweetness and mouthfeel.
2. Add unmalted grains (especially oats and rye) for their beta-glucans, which add body without sweetness, but can also contribute haze.
3. Raise the saccharification rest temperature, a good choice to avoid the sweetness of crystal malts.
4. Use a less attenuative yeast strain, English strains are especially well suited.
5. Use a strain that produce a high amount of glycerin/glycerol, saison strains tend to excel at this.
6. Lower carbonation, I find high carbonation makes light beers taste seltzer-like (although higher carbonation can help excessively thin beers, like gueuze).

Enhancing Malt Flavor:
1. Use a more flavorful base malt like Maris Otter, Vienna, Munich, or dark wheat.
2. Raise the percentage of specialty malts, especially toasty malts like Victory, biscuit, and melanoidin.
3. Eliminate adjuncts like corn/table sugar, and corn which dilute malt flavor.
4. Conduct a no-sparge mash to increase color/flavor, and minimize tannin extraction.

Maintaining Balance:
1. For a hoppy beer reduce the IBUs proportionally to the expected residual extract (I think this is a better way to think about balance than the classic BU:GU ratio).
2. Do not trim late boil additions as much to maintain a solid hop aroma.
3. For dark beers consider increasing the percentage, but cold steeping your roasted grains to reduce harshness.
4. Use a more expressive yeast because the lower gravity will result in a cleaner fermentation profile.
5. Account for serving the beer fresher than you would a strong beer (e.g., use a highly flocculent yeast).

These are certainly not all things that should be done concurrently for one batch of session beer, but it is a good idea to pick the ones that make sense for the type of beer you are brewing. For this batch I switched out most of the bland American pale I would usually use in an IPA for toastier Vienna malt. I also opted for a hotter mash and no-sparged to boost the body and malt flavor. I selected a low attenuating English yeast to replace the default Chico strain, to add both body and additional flavor.

For hopping I went with one of my favorite combinations - Amarillo/Simcoe/Columbus (which I last used in my favorite IPA recipe) I love the bit of extra dankness that Columbus adds to the otherwise fruity duo. I used only late "hop bursting" additions to help increase the hop aroma without overdoing the bitterness. I also tried a new technique called "hop standing" which means waiting for 30 minutes or longer after the flame-out hops are added before chilling. This technique was proposed by Ray Daniels, as a way to better replicate the whirlpool additions that breweries use, which often sits in the hot wort for a substantial amount of time before chilling. This goes against the homebrew mantra (Jamil's article on late hopping) to cool as quickly as possible after adding the final dose of hope, so to cover all of my bases I added a second dose of hops as I started the chiller.

Recipe Specifics
----------------
Batch Size (Gal): 5.25
Total Grain (Lbs): 10.00
Anticipated OG: 1.038
Anticipated SRM: 5.6
Anticipated IBU: 37.5
Brewhouse Efficiency: 54 %
Wort Boil Time: 60 Minutes

Grain
-------
72.5% - 7.25 lbs. German Vienna Malt
22.5% - 2.25 lbs. American Pale Malt
5.0% - 0.50 lbs. CaraVienna

Houblon
-------
0.50 oz. Simcoe (Pellet, 11.00% AA) @ 15 min.
0.25 oz. Columbus (Pellet, 11.00% AA) @ 15 min.
0.75 oz. Amarillo (Pellet, 10.00% AA) @ 10 min.
0.75 oz. Simcoe Pellet (Pellet, 11.00% AA) @ 5 min.
1.50 oz. Amarillo (Pellet, 10.00% AA) @ 0 min.
1.50 oz. Columbus (Pellet, 11.00% AA) @ 0 min.
1.50 oz. Simcoe (Pellet, 11.00% AA) @ 0 min.
1.25 oz. Amarillo (Whole, 11.00% AA) @ Dry Hop
1.25 oz. Columbus (Whole, 11.00% AA) @ Dry Hop
1.25 oz. Simcoe (Whole, 14.00% AA) @ Dry Hop

Extras
--------
0.50 Unit Whirlfloc @ 12 min.
0.40 Tsp Yeast Nutrient @ 12 min.

Levure
------
White Labs WLP037 Yorkshire Square Ale

Water Profile
----------------
Profile: Washington DC cut 50% with distilled, plus 2 g CaCl and 1 g gypsum

Mash Schedule
-------------
Sacch Rest 40 min @ 153

Remarques
-----
1/10/12 Starter made with .75 L, first time using the stir plate.

Cut with 50% gallons of distilled water to lower carbonate. Added 2 g of CaCl to the mash since I was short on gypsum.

No Sparge, filled up the 5 gallon mash tun to the brim. Collected 3.5 gallons of first runnings @ 1.060. Diluted with 3.25 gallons of the diluted DC Tap water and 1 g of gypsum.

Added 1 oz of each hop and let sit for 25 min, then chilled with the addition of an additional .5 oz of each.

Chilled to 68 F, strained, and pitched the slightly decanted starter (finished quickly and flocc'd hard). Left at 64 F ambient to ferment

Good fermentation by 12 hours. Gave periodic twists to help with the high flocculating yeast.

1/20/12 Racked to a double purged keg with the bagged dry hops. Pretty full fill on the keg. Hit with

30 PSI and shook twice to get a jump on the carbonation. Left in the basement at

45 F to dry hop and drop clear. Down to 1.010, tasted a bit more bitter than I expected, but cold and time should help that.

2/16/12 Couldn't be happier with the way this one turned out. Similar balance to a West Coast IPA, but at half the alcohol.


10 Session Beer Spots - Recipes


I think beer is trying too hard to be wine. There is too much hype surrounding high alcohol, expensive, limited release, barrel aged beers with flavor profiles that demand splitting a 12 oz bottle three ways. Of beer is every bit as capable as wine at excelling at that game, but where beer has traditionally dominated wine is the combination of big flavor and high drinkability. I'm not calling for all session ales, but I think there is a lot to be said for a beer that I can drink a pint of while I'm cooking dinner and not burn the French toast.

The only way to get a low alcohol wine is to water the grape juice down, but beer recipes can be adjusted to compensate for a more meager alcohol content. If you want an IPA with half of the standard alcohol content it is not as simple as cutting in half each malt and hop addition. I brewed a

2% ABV Micro-IPA from the second runnings of a hoppy wheat beer a few months ago, and while it had the aromatic hop character I wanted it was severely lacking in malt backbone. Reducing the amount of malt can also result in a thin body, and the lower sweetness can lead to an unbalanced flavor. A few ideas to combat those pitfalls:

Boosting Perceived Body:
1. Add more crystal/dextrin malt, which will add sweetness and mouthfeel.
2. Add unmalted grains (especially oats and rye) for their beta-glucans, which add body without sweetness, but can also contribute haze.
3. Raise the saccharification rest temperature, a good choice to avoid the sweetness of crystal malts.
4. Use a less attenuative yeast strain, English strains are especially well suited.
5. Use a strain that produce a high amount of glycerin/glycerol, saison strains tend to excel at this.
6. Lower carbonation, I find high carbonation makes light beers taste seltzer-like (although higher carbonation can help excessively thin beers, like gueuze).

Enhancing Malt Flavor:
1. Use a more flavorful base malt like Maris Otter, Vienna, Munich, or dark wheat.
2. Raise the percentage of specialty malts, especially toasty malts like Victory, biscuit, and melanoidin.
3. Eliminate adjuncts like corn/table sugar, and corn which dilute malt flavor.
4. Conduct a no-sparge mash to increase color/flavor, and minimize tannin extraction.

Maintaining Balance:
1. For a hoppy beer reduce the IBUs proportionally to the expected residual extract (I think this is a better way to think about balance than the classic BU:GU ratio).
2. Do not trim late boil additions as much to maintain a solid hop aroma.
3. For dark beers consider increasing the percentage, but cold steeping your roasted grains to reduce harshness.
4. Use a more expressive yeast because the lower gravity will result in a cleaner fermentation profile.
5. Account for serving the beer fresher than you would a strong beer (e.g., use a highly flocculent yeast).

These are certainly not all things that should be done concurrently for one batch of session beer, but it is a good idea to pick the ones that make sense for the type of beer you are brewing. For this batch I switched out most of the bland American pale I would usually use in an IPA for toastier Vienna malt. I also opted for a hotter mash and no-sparged to boost the body and malt flavor. I selected a low attenuating English yeast to replace the default Chico strain, to add both body and additional flavor.

For hopping I went with one of my favorite combinations - Amarillo/Simcoe/Columbus (which I last used in my favorite IPA recipe) I love the bit of extra dankness that Columbus adds to the otherwise fruity duo. I used only late "hop bursting" additions to help increase the hop aroma without overdoing the bitterness. I also tried a new technique called "hop standing" which means waiting for 30 minutes or longer after the flame-out hops are added before chilling. This technique was proposed by Ray Daniels, as a way to better replicate the whirlpool additions that breweries use, which often sits in the hot wort for a substantial amount of time before chilling. This goes against the homebrew mantra (Jamil's article on late hopping) to cool as quickly as possible after adding the final dose of hope, so to cover all of my bases I added a second dose of hops as I started the chiller.

Recipe Specifics
----------------
Batch Size (Gal): 5.25
Total Grain (Lbs): 10.00
Anticipated OG: 1.038
Anticipated SRM: 5.6
Anticipated IBU: 37.5
Brewhouse Efficiency: 54 %
Wort Boil Time: 60 Minutes

Grain
-------
72.5% - 7.25 lbs. German Vienna Malt
22.5% - 2.25 lbs. American Pale Malt
5.0% - 0.50 lbs. CaraVienna

Houblon
-------
0.50 oz. Simcoe (Pellet, 11.00% AA) @ 15 min.
0.25 oz. Columbus (Pellet, 11.00% AA) @ 15 min.
0.75 oz. Amarillo (Pellet, 10.00% AA) @ 10 min.
0.75 oz. Simcoe Pellet (Pellet, 11.00% AA) @ 5 min.
1.50 oz. Amarillo (Pellet, 10.00% AA) @ 0 min.
1.50 oz. Columbus (Pellet, 11.00% AA) @ 0 min.
1.50 oz. Simcoe (Pellet, 11.00% AA) @ 0 min.
1.25 oz. Amarillo (Whole, 11.00% AA) @ Dry Hop
1.25 oz. Columbus (Whole, 11.00% AA) @ Dry Hop
1.25 oz. Simcoe (Whole, 14.00% AA) @ Dry Hop

Extras
--------
0.50 Unit Whirlfloc @ 12 min.
0.40 Tsp Yeast Nutrient @ 12 min.

Levure
------
White Labs WLP037 Yorkshire Square Ale

Water Profile
----------------
Profile: Washington DC cut 50% with distilled, plus 2 g CaCl and 1 g gypsum

Mash Schedule
-------------
Sacch Rest 40 min @ 153

Remarques
-----
1/10/12 Starter made with .75 L, first time using the stir plate.

Cut with 50% gallons of distilled water to lower carbonate. Added 2 g of CaCl to the mash since I was short on gypsum.

No Sparge, filled up the 5 gallon mash tun to the brim. Collected 3.5 gallons of first runnings @ 1.060. Diluted with 3.25 gallons of the diluted DC Tap water and 1 g of gypsum.

Added 1 oz of each hop and let sit for 25 min, then chilled with the addition of an additional .5 oz of each.

Chilled to 68 F, strained, and pitched the slightly decanted starter (finished quickly and flocc'd hard). Left at 64 F ambient to ferment

Good fermentation by 12 hours. Gave periodic twists to help with the high flocculating yeast.

1/20/12 Racked to a double purged keg with the bagged dry hops. Pretty full fill on the keg. Hit with

30 PSI and shook twice to get a jump on the carbonation. Left in the basement at

45 F to dry hop and drop clear. Down to 1.010, tasted a bit more bitter than I expected, but cold and time should help that.

2/16/12 Couldn't be happier with the way this one turned out. Similar balance to a West Coast IPA, but at half the alcohol.


10 Session Beer Spots - Recipes


I think beer is trying too hard to be wine. There is too much hype surrounding high alcohol, expensive, limited release, barrel aged beers with flavor profiles that demand splitting a 12 oz bottle three ways. Of beer is every bit as capable as wine at excelling at that game, but where beer has traditionally dominated wine is the combination of big flavor and high drinkability. I'm not calling for all session ales, but I think there is a lot to be said for a beer that I can drink a pint of while I'm cooking dinner and not burn the French toast.

The only way to get a low alcohol wine is to water the grape juice down, but beer recipes can be adjusted to compensate for a more meager alcohol content. If you want an IPA with half of the standard alcohol content it is not as simple as cutting in half each malt and hop addition. I brewed a

2% ABV Micro-IPA from the second runnings of a hoppy wheat beer a few months ago, and while it had the aromatic hop character I wanted it was severely lacking in malt backbone. Reducing the amount of malt can also result in a thin body, and the lower sweetness can lead to an unbalanced flavor. A few ideas to combat those pitfalls:

Boosting Perceived Body:
1. Add more crystal/dextrin malt, which will add sweetness and mouthfeel.
2. Add unmalted grains (especially oats and rye) for their beta-glucans, which add body without sweetness, but can also contribute haze.
3. Raise the saccharification rest temperature, a good choice to avoid the sweetness of crystal malts.
4. Use a less attenuative yeast strain, English strains are especially well suited.
5. Use a strain that produce a high amount of glycerin/glycerol, saison strains tend to excel at this.
6. Lower carbonation, I find high carbonation makes light beers taste seltzer-like (although higher carbonation can help excessively thin beers, like gueuze).

Enhancing Malt Flavor:
1. Use a more flavorful base malt like Maris Otter, Vienna, Munich, or dark wheat.
2. Raise the percentage of specialty malts, especially toasty malts like Victory, biscuit, and melanoidin.
3. Eliminate adjuncts like corn/table sugar, and corn which dilute malt flavor.
4. Conduct a no-sparge mash to increase color/flavor, and minimize tannin extraction.

Maintaining Balance:
1. For a hoppy beer reduce the IBUs proportionally to the expected residual extract (I think this is a better way to think about balance than the classic BU:GU ratio).
2. Do not trim late boil additions as much to maintain a solid hop aroma.
3. For dark beers consider increasing the percentage, but cold steeping your roasted grains to reduce harshness.
4. Use a more expressive yeast because the lower gravity will result in a cleaner fermentation profile.
5. Account for serving the beer fresher than you would a strong beer (e.g., use a highly flocculent yeast).

These are certainly not all things that should be done concurrently for one batch of session beer, but it is a good idea to pick the ones that make sense for the type of beer you are brewing. For this batch I switched out most of the bland American pale I would usually use in an IPA for toastier Vienna malt. I also opted for a hotter mash and no-sparged to boost the body and malt flavor. I selected a low attenuating English yeast to replace the default Chico strain, to add both body and additional flavor.

For hopping I went with one of my favorite combinations - Amarillo/Simcoe/Columbus (which I last used in my favorite IPA recipe) I love the bit of extra dankness that Columbus adds to the otherwise fruity duo. I used only late "hop bursting" additions to help increase the hop aroma without overdoing the bitterness. I also tried a new technique called "hop standing" which means waiting for 30 minutes or longer after the flame-out hops are added before chilling. This technique was proposed by Ray Daniels, as a way to better replicate the whirlpool additions that breweries use, which often sits in the hot wort for a substantial amount of time before chilling. This goes against the homebrew mantra (Jamil's article on late hopping) to cool as quickly as possible after adding the final dose of hope, so to cover all of my bases I added a second dose of hops as I started the chiller.

Recipe Specifics
----------------
Batch Size (Gal): 5.25
Total Grain (Lbs): 10.00
Anticipated OG: 1.038
Anticipated SRM: 5.6
Anticipated IBU: 37.5
Brewhouse Efficiency: 54 %
Wort Boil Time: 60 Minutes

Grain
-------
72.5% - 7.25 lbs. German Vienna Malt
22.5% - 2.25 lbs. American Pale Malt
5.0% - 0.50 lbs. CaraVienna

Houblon
-------
0.50 oz. Simcoe (Pellet, 11.00% AA) @ 15 min.
0.25 oz. Columbus (Pellet, 11.00% AA) @ 15 min.
0.75 oz. Amarillo (Pellet, 10.00% AA) @ 10 min.
0.75 oz. Simcoe Pellet (Pellet, 11.00% AA) @ 5 min.
1.50 oz. Amarillo (Pellet, 10.00% AA) @ 0 min.
1.50 oz. Columbus (Pellet, 11.00% AA) @ 0 min.
1.50 oz. Simcoe (Pellet, 11.00% AA) @ 0 min.
1.25 oz. Amarillo (Whole, 11.00% AA) @ Dry Hop
1.25 oz. Columbus (Whole, 11.00% AA) @ Dry Hop
1.25 oz. Simcoe (Whole, 14.00% AA) @ Dry Hop

Extras
--------
0.50 Unit Whirlfloc @ 12 min.
0.40 Tsp Yeast Nutrient @ 12 min.

Levure
------
White Labs WLP037 Yorkshire Square Ale

Water Profile
----------------
Profile: Washington DC cut 50% with distilled, plus 2 g CaCl and 1 g gypsum

Mash Schedule
-------------
Sacch Rest 40 min @ 153

Remarques
-----
1/10/12 Starter made with .75 L, first time using the stir plate.

Cut with 50% gallons of distilled water to lower carbonate. Added 2 g of CaCl to the mash since I was short on gypsum.

No Sparge, filled up the 5 gallon mash tun to the brim. Collected 3.5 gallons of first runnings @ 1.060. Diluted with 3.25 gallons of the diluted DC Tap water and 1 g of gypsum.

Added 1 oz of each hop and let sit for 25 min, then chilled with the addition of an additional .5 oz of each.

Chilled to 68 F, strained, and pitched the slightly decanted starter (finished quickly and flocc'd hard). Left at 64 F ambient to ferment

Good fermentation by 12 hours. Gave periodic twists to help with the high flocculating yeast.

1/20/12 Racked to a double purged keg with the bagged dry hops. Pretty full fill on the keg. Hit with

30 PSI and shook twice to get a jump on the carbonation. Left in the basement at

45 F to dry hop and drop clear. Down to 1.010, tasted a bit more bitter than I expected, but cold and time should help that.

2/16/12 Couldn't be happier with the way this one turned out. Similar balance to a West Coast IPA, but at half the alcohol.


10 Session Beer Spots - Recipes


I think beer is trying too hard to be wine. There is too much hype surrounding high alcohol, expensive, limited release, barrel aged beers with flavor profiles that demand splitting a 12 oz bottle three ways. Of beer is every bit as capable as wine at excelling at that game, but where beer has traditionally dominated wine is the combination of big flavor and high drinkability. I'm not calling for all session ales, but I think there is a lot to be said for a beer that I can drink a pint of while I'm cooking dinner and not burn the French toast.

The only way to get a low alcohol wine is to water the grape juice down, but beer recipes can be adjusted to compensate for a more meager alcohol content. If you want an IPA with half of the standard alcohol content it is not as simple as cutting in half each malt and hop addition. I brewed a

2% ABV Micro-IPA from the second runnings of a hoppy wheat beer a few months ago, and while it had the aromatic hop character I wanted it was severely lacking in malt backbone. Reducing the amount of malt can also result in a thin body, and the lower sweetness can lead to an unbalanced flavor. A few ideas to combat those pitfalls:

Boosting Perceived Body:
1. Add more crystal/dextrin malt, which will add sweetness and mouthfeel.
2. Add unmalted grains (especially oats and rye) for their beta-glucans, which add body without sweetness, but can also contribute haze.
3. Raise the saccharification rest temperature, a good choice to avoid the sweetness of crystal malts.
4. Use a less attenuative yeast strain, English strains are especially well suited.
5. Use a strain that produce a high amount of glycerin/glycerol, saison strains tend to excel at this.
6. Lower carbonation, I find high carbonation makes light beers taste seltzer-like (although higher carbonation can help excessively thin beers, like gueuze).

Enhancing Malt Flavor:
1. Use a more flavorful base malt like Maris Otter, Vienna, Munich, or dark wheat.
2. Raise the percentage of specialty malts, especially toasty malts like Victory, biscuit, and melanoidin.
3. Eliminate adjuncts like corn/table sugar, and corn which dilute malt flavor.
4. Conduct a no-sparge mash to increase color/flavor, and minimize tannin extraction.

Maintaining Balance:
1. For a hoppy beer reduce the IBUs proportionally to the expected residual extract (I think this is a better way to think about balance than the classic BU:GU ratio).
2. Do not trim late boil additions as much to maintain a solid hop aroma.
3. For dark beers consider increasing the percentage, but cold steeping your roasted grains to reduce harshness.
4. Use a more expressive yeast because the lower gravity will result in a cleaner fermentation profile.
5. Account for serving the beer fresher than you would a strong beer (e.g., use a highly flocculent yeast).

These are certainly not all things that should be done concurrently for one batch of session beer, but it is a good idea to pick the ones that make sense for the type of beer you are brewing. For this batch I switched out most of the bland American pale I would usually use in an IPA for toastier Vienna malt. I also opted for a hotter mash and no-sparged to boost the body and malt flavor. I selected a low attenuating English yeast to replace the default Chico strain, to add both body and additional flavor.

For hopping I went with one of my favorite combinations - Amarillo/Simcoe/Columbus (which I last used in my favorite IPA recipe) I love the bit of extra dankness that Columbus adds to the otherwise fruity duo. I used only late "hop bursting" additions to help increase the hop aroma without overdoing the bitterness. I also tried a new technique called "hop standing" which means waiting for 30 minutes or longer after the flame-out hops are added before chilling. This technique was proposed by Ray Daniels, as a way to better replicate the whirlpool additions that breweries use, which often sits in the hot wort for a substantial amount of time before chilling. This goes against the homebrew mantra (Jamil's article on late hopping) to cool as quickly as possible after adding the final dose of hope, so to cover all of my bases I added a second dose of hops as I started the chiller.

Recipe Specifics
----------------
Batch Size (Gal): 5.25
Total Grain (Lbs): 10.00
Anticipated OG: 1.038
Anticipated SRM: 5.6
Anticipated IBU: 37.5
Brewhouse Efficiency: 54 %
Wort Boil Time: 60 Minutes

Grain
-------
72.5% - 7.25 lbs. German Vienna Malt
22.5% - 2.25 lbs. American Pale Malt
5.0% - 0.50 lbs. CaraVienna

Houblon
-------
0.50 oz. Simcoe (Pellet, 11.00% AA) @ 15 min.
0.25 oz. Columbus (Pellet, 11.00% AA) @ 15 min.
0.75 oz. Amarillo (Pellet, 10.00% AA) @ 10 min.
0.75 oz. Simcoe Pellet (Pellet, 11.00% AA) @ 5 min.
1.50 oz. Amarillo (Pellet, 10.00% AA) @ 0 min.
1.50 oz. Columbus (Pellet, 11.00% AA) @ 0 min.
1.50 oz. Simcoe (Pellet, 11.00% AA) @ 0 min.
1.25 oz. Amarillo (Whole, 11.00% AA) @ Dry Hop
1.25 oz. Columbus (Whole, 11.00% AA) @ Dry Hop
1.25 oz. Simcoe (Whole, 14.00% AA) @ Dry Hop

Extras
--------
0.50 Unit Whirlfloc @ 12 min.
0.40 Tsp Yeast Nutrient @ 12 min.

Levure
------
White Labs WLP037 Yorkshire Square Ale

Water Profile
----------------
Profile: Washington DC cut 50% with distilled, plus 2 g CaCl and 1 g gypsum

Mash Schedule
-------------
Sacch Rest 40 min @ 153

Remarques
-----
1/10/12 Starter made with .75 L, first time using the stir plate.

Cut with 50% gallons of distilled water to lower carbonate. Added 2 g of CaCl to the mash since I was short on gypsum.

No Sparge, filled up the 5 gallon mash tun to the brim. Collected 3.5 gallons of first runnings @ 1.060. Diluted with 3.25 gallons of the diluted DC Tap water and 1 g of gypsum.

Added 1 oz of each hop and let sit for 25 min, then chilled with the addition of an additional .5 oz of each.

Chilled to 68 F, strained, and pitched the slightly decanted starter (finished quickly and flocc'd hard). Left at 64 F ambient to ferment

Good fermentation by 12 hours. Gave periodic twists to help with the high flocculating yeast.

1/20/12 Racked to a double purged keg with the bagged dry hops. Pretty full fill on the keg. Hit with

30 PSI and shook twice to get a jump on the carbonation. Left in the basement at

45 F to dry hop and drop clear. Down to 1.010, tasted a bit more bitter than I expected, but cold and time should help that.

2/16/12 Couldn't be happier with the way this one turned out. Similar balance to a West Coast IPA, but at half the alcohol.


Voir la vidéo: Õlletegu Saarel 2009 (Août 2022).